Road trip Voyages

Spinalonga ou l’île fantôme

mai 21, 2018
spinalonga

Il y a quelques années, lors de mon premier voyage en Crète, une de mes amies yogis m’a recommandé de lire le livre L’île des oubliés de Victoria Hislop. Je tout de suite adoré et l’ai lu en un rien de temps ! Ensuite je l’ai offert en grec à un autre amie et continue de le recommander aux amis qui se rendent en Crète. Au final, il m’a fallu 3 ans pour aller visiter Spinalonga, ou je devrais plutôt l’appeler l’île fantôme étant donné son passé dramatique.

Jour de chance lors de ma visite car il n’y avait pas beaucoup de touristes, donc la promenade autour de l’îlot fut agréable avec ses eaux turquoises. Cependant, j’ai eu un sentiment étrange compte tenu de son passé dramatique. C’était bizarre de la voir en vrai après l’image que je m’en était faite en en lisant le livre.

Un peu d’histoire

L’îlot a été utilisé comme défense vénitienne car il offre une vue panoramique sur le golfe et les côtes opposées. Son nom dérive probablement de l’expression grecque « stin Elounda » qui veut dire  » vers Elounda » et dans de vieux documents vénitiens on y faisait référence sous le nom « Stinelonda ». Mais les Vénitiens ont modifié le mot pour Spinalonga pour l’adapter leur langue.

Un îlot fortifié

Une forteresse fut construite dans l’antiquité, mais il ne restait que des ruines. Au cours de la domination vénitienne, il fut décidé de reconstruire les remparts et les tours à partir de 1579. La construction présenta quelques problèmes et dura plus d’un demi-siècle. En 1630, les fortifications furent équipées de canons à cause de la menace ottomane. Malgré le contrôle turc sur la Crète depuis 1669, l’îlot est resté aux mains des Vénitiens jusqu’en 1715. Pendant la domination ottomane, Spinalonga est devenu un centre urbain sûr grâce à ses fortes fortifications avec des résidents permanents jusqu’au début du 20ème siècle.

La colonie de lépreux

Spinalonga est devenu une léproserie pour tous les lépreux de Crète de 1903 à 1954. Pendant ce temps, les habitants ont pu reprendre une vie «normale» sur l’île comme n’importe quelle autre communauté de l’île principale. Les maisons laissées par les derniers résidents turcs ont été reconstruites et un système d’approvisionnement en eau a été créé basé sur le système vénitien (l’eau de pluie recueillie transportée vers les puits au sommet de la colline). Bien que la plupart de leurs approvisionnements provenaient de l’arrière-pays, ils pouvaient cultiver de petits jardins et élever des poules et des chèvres. Il y avait des boutiques, un coiffeur, un barbier et des tavernes (on pouvait y danser dans l’une d’entre elles) et même une petite troupe de théâtre fut montée. Spinalonga est abandonnée ainsi depuis que la colonie a fermé ses portes, mettant fin à la douleur humaine et à la lutte contre celle-ci.

 

Cet îlot vaut le détour si vous êtes dans la région et intéressé par l’histoire de la Crète. On a un peu l’impression que le temps s’est arrêté.

spinalonga

spinalonga

spinalonga

spinalonga

spinalonga

spinalonga

 

« Qu’est-ce qui m’arrive ? Qu’est-ce que j’ai ?

Pourquoi suis-je fatigué ? » Pensa-t-il, et il tâta désespérément tout son visage et son cou, toute sa figure était enflée, mais ça ne faisait pas mal, seuls ses yeux piquaient et des larmes coulaient.

« Il faut que je vois, il faut que je sache ! » il pensa. Il sortit le petit miroir de sa ceinture, s’accroupit, alluma une lanterne et regarda … Au travers des flammes saillantes, il put voir son visage et il poussa un cri. Son visage entier se décollait, ses yeux étaient devenus deux petites perles, son nez s’était faufilé dans les joues enflées et sa bouche était devenue un trou. Ce n’était pas le visage d’un humain, mais un museau charnu, inhumain, maladif. Comme si ce n’était pas sa propre chair. Une chair étrangère s’était collée sur la sienne, son visage avait disparu. « Mon Dieu, pas la lèpre ? » lui vint soudainement à l’esprit, et il s’effondra sur le sol.

Extrait du roman Le Christ recrucifié (1948) de Nikos Kazantzakis

spinalonga

Plus d’articles sur la Crète:

Cake d’automne aux noisettes, poires, caroube & à l’huile d’olive

Handmade Cretan phyllo pastry

Oliveraies crétoises & dégustation d’olive

Thé des montagnes

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply